L'activité aquatique pour l'enfant de 6 à 9 ans


Comme pour les autres tranches d’âge, le respect de la personne, la prise en compte de ses besoins, l’appropriation du milieu, l’aisance aquatique, le plaisir de l’action et la richesse des interactions sociales sont au cœur de l’activité pour l’enfant entre 6 et 9 ans.


L’augmentation de son adresse, de sa force, de sa rapidité, de sa capacité à se représenter ses gestes et anticiper ses actions développe son efficience motrice aquatique. Celle-ci, peut s’exprimer à travers la grande diversité d’activités possibles et la richesse des situations proposées.


L’activité FAAEL peut proposer la découverte et des pratiques autres que le traditionnel enseignement de la natation. Elle permet, dans l’interaction sociale et le plaisir de l’action, la poursuite de l’appropriation du milieu aquatique. Les possibilités sont nombreuses : découvrir le plongeon, organiser des déplacements subaquatiques en s’appuyant sur des parcours, utiliser un masque, un tuba, des palmes, préparer un baptême de plongée avec une bouteille, participer à des jeux collectifs, faire la course, élaborer une chorégraphie inspirée de la natation synchronisée, construire et présenter à la piscine un spectacle pour Noël ou pour la fin de l’ année…


A travers une histoire, des personnages, l’imaginaire et l’envie d’inventer, de créer, prennent de plus en plus de place et peuvent pleinement s’exprimer dans le bassin.

Riche de ses expériences et de ses acquis, l’enfant entre dans le stade des opérations concrètes et de l’intelligence opératoire de Piaget. Sa pensée est progressivement de moins en moins liée à l’observable et aux objets. Il raisonne de manière logique, peut anticiper ses actions, chercher des solutions (avec les autres) pour résoudre un problème avant de s’engager dans l’action.

Il est progressivement de plus en plus en capacité d’élaborer un projet personnel mais aussi de s’associer à un projet de groupe.


La socialisation et la référence au groupe « toile de fond  du grandissement », en même temps qu’une meilleure maîtrise de ses émotions amènent l’enfant à partager, collaborer, aider, prendre des responsabilités, se comparer, se mesurer, gagner, perdre.

La recherche d’autonomie et d’un certain « éloignement » par rapport aux parents » font partie de son évolution. Les parents ne sont pas forcément absents du bassin à partir de 6 ans mais ils vont logiquement et progressivement s’effacer pour laisser les enfants « entre eux » (et avec les encadrants…), notamment si ils sont engagés dans un projet collectif.







Dans cette perspective le rôle de l’animateur est très important. Il doit être capable de concevoir et d’animer les séances. Sa latitude d’action est large. Il peut par exemple proposer des jeux collectifs, des « exercices » avec des propositions « ouvertes » (pourquoi pas « réinvestissables » dans un spectacle ?) ou bien encore aménager le bassin pour un temps de découverte et de jeu libre, un pôle d’attraction, un parcours.





Les enfants possédant une expérience et une connaissance du milieu aquatique plus ou mois riche, il doit savoir évaluer les niveaux d’aisance des participants afin d’ajuster au mieux ses propositions et modalités d’animation.

Même si il laisse de plus en plus d’initiative au groupe d’enfants, il reste présent et actif. Il encourage, valorise, favorise la communication, aide à l’organisation, à la réflexion collective, à la recherche de solutions.